Ressuscité ! (Samedi Saint)

Samedi Saint 2008 : Vigile de Pâques : Ressuscité !
Paroles du jour : Gn 1,1-2,1, Rom 6,3-11, Mt 28,1-10

Tout à l'heure, près du feu, nous lisions ce que Dieu a fait le premier jour de la création, premier jour aussi de la semaine juive. La semaine juive est toujours la semaine de la création. Et voilà que nous sommes au lendemain du Sabbat, de ce 7ème jour, jour de l'adoration, jour où même Dieu adore... Il est là, il a fait ce qu'il avait à faire, créer un monde beau, un monde qui adore Dieu. Nous sommes donc le 1er jour d'une nouvelle semaine, au début de ce premier jour où s'annonce une nouvelle création. Il va se passer quelque chose qui indique que le monde n'était pas fini avant cela.

Marie-Madeleine et l'autre Marie viennent au tombeau. Elles étaient restées près de la croix. Elles étaient restées fidèles. Elles étaient restées tout près de Jésus. Aussi près qu'il était possible. Elles étaient au pied de la croix. Elles l'ont vu mort. Maintenant, elles viennent se recueillir, le cœur tout rempli de cet homme, de sa bonté, de sa tendresse pour tous les hommes. Elles ont besoin de laisser résonner tout ça.

Quand on visite la tombe de quelqu'un qui vient tout juste de mourir, on a l'impression d'être encore dans le rayonnement du vivant de la personne. On en reçoit encore plein de choses et on lui dit encore plein de choses. Il y a encore tout un échange, il y a encore tout un remuement de la mémoire et du cœur… Les femmes viennent pour ça.

Et voilà qu'il y a un grand tremblement de terre. L'ange du Seigneur descend du ciel pour leur annoncer que Jésus crucifié n'est plus ici. Il a été ressuscité par son Père. Le Ciel a bien compris que l'homme a besoin de preuves et de signes. Alors il donne des signes : Venez voir l'endroit où il reposait. Il est vide ! Ou encore les apparitions du ressuscité… Et l'ange continue : "Vite, allez dire aux disciples qu'il est ressuscité d'entre les morts. Il vous précède en Galilée et là vous le verrez !" Pourquoi vite ? On a l'impression que l'ange aussi est pressé que se répande dans le monde la bonne nouvelle de la résurrection du Christ ! En hâte, les femmes partent.

Mais voilà, l'histoire n'est pas finie. Voilà que Jésus vient à leur rencontre. C'est cela qui est bouleversant.

Ces femmes qui étaient dans la peine parce qu'elles ont perdu leur ami, ce maître qu'elles aimaient, ces femmes ont eu deux visites du ciel en moins d'une heure. Elles ont eu la visite de l'ange et la visite de Jésus en personne ! Elles ont une apparition du ressuscité ! Une apparition qui vient à leur rencontre... Qui des deux était le plus pressé ?

Elles, elles courent, vite. Elles coururent porter la bonne nouvelle. Et voici que Jésus vient à leur rencontre. Pourquoi donc ? Il leur dit la même chose que l'ange. Pas de nouvelle révélation. Non. Jésus vient à leur rencontre simplement pour les aimer jusqu'au bout.

Il a donné sa vie sur la croix. Il est allé au bout de l'amour, il est allé au-delà de la mort, il a franchi toutes les frontières, il n'y a plus de barrière. Ce Christ, maintenant, il vient, il apparaît pour elles. Il veut les aimer encore une fois, Il veut leur dire, dans une rencontre, que le Ciel garde pour elles la même tendresse que celle de Jésus qu'elles croient avoir perdu.

Vous vous rappelez ce geste de Marie-Madeleine qui a voulu se jeter sur Jésus. Or il lui a dit "Ne me touche pas" ou plutôt "Ne me retiens pas"… Ici aussi les femmes s'approchent de Jésus, elles lui saisissent les pieds, elles se prosternent devant lui, et Jésus ne les empêche pas. Mais c'est comme s'il leur disait : "Ce n'est plus ainsi. On va faire mieux. Vous n'avez plus besoin de me saisir les pieds, de m'embrasser, de me cajoler en me faisant les petits menus que j'aime bien le soir après une journée de prédications ; vous n'avez plus besoin de me dire combien vous prenez soin de moi dans mon ministère ; ce n'est plus ainsi désormais, ça va être mieux !"

En fait, ce Jésus qu'elles ont en face d'elles n'est pas le même Jésus qu'avant, qui aurait été réanimé par le Père comme Jésus a réanimé Lazare. La résurrection de Jésus n'est justement pas une réanimation.

La résurrection de Jésus, c'est quelque chose d'inimaginable ! Par sa résurrection d'entre les morts, Jésus a franchi toutes les frontières. Avant, pour aller de Béthanie à Jérusalem et ensuite pour rejoindre la Galilée en passant par la Samarie, il lui fallait des journées de marche. Et quand il était ici, il n'était pas là-bas… ! (c'est stupide de dire ça, non ?) En fait, il expérimentait exactement notre situation à nous : quand on est ici, on n'est pas là-bas. Telle est notre condition humaine, incarnée. Telle a été la sienne.

A la résurrection, Jésus a franchi toutes les frontières. Celles du temps. Celles de l'espace. Il est entré dans la gloire, cette gloire dont il a tellement parlé la veille de sa mort : "Père glorifie ton Fils, glorifie moi de la gloire que j'avais auprès de Toi avant la fondation du monde. Oui, je te glorifierai".

Où était Jésus avant la fondation du monde ? Il était partout où est Dieu. Il était en Dieu. Il demeurait dans la Gloire de leur commun Amour.

Alors comment, ressuscité, est-il possible qu'il leur apparaisse ? Comment Celui que la Père a immensifié et glorifié peut-il se donner à voir comme un homme ? Ah si nous savions quelle bonté, quelle humilité il lui a fallu ! Il s'est abaissé, il s'est mis à hauteur d'homme et il a pris une figure qui leur permettait de le reconnaître. Pour ses disciples, même s'ils l'ont reconnu, il avait pourtant l'air étrangement différent… Cela montre bien que la gloire, ça transforme, même si Jésus fait des efforts pour qu'ils le reconnaissent !

"Et maintenant, quand vous êtes deux ou trois réunis en mon nom, je suis au milieu de vous". Plus de frontière. Jésus est là, comme il l'a promis. Et par ce corps qu'il a maintenant, son corps de gloire, il se rend visible à ceux qui croient en lui, et seulement à eux. C'est un corps qui lui permet de pénétrer partout où il ne pouvait aller avant, et notamment dans le cœur de ceux qui l'aiment. Il semble vouloir leur adresser un message nouveau : "Vous n'avez plus besoin de vous prosterner devant moi, plus besoin d'embrasser mes pieds : c'est moi qui désormais viens habiter au-dedans de vous ! Nous nous connaîtrons et nous aimerons comme jamais."

Le Christ ressuscité se montre aux femmes et leur dit : "Allez en Galilée, je vous précède là-bas." La Galilée, c'est la Galilée des nations, c'est la terre qui est encore à évangéliser. Elles ne connaissent pas encore le vrai Dieu et la vérité du vrai Dieu, Jésus-Christ. Jésus les renvoie vers leur propre Galilée intérieure, ces zones où se croisent toutes les doctrines païennes, nos vieilles superstitions, nos craintes de Dieu, nos idoles. Il leur donne rendez-vous dans des terres encore inexplorées et où lui-même n'a pas encore mis les pieds.

Il leur donne rendez-vous dans toutes les zones de leur humanité qui sont encore à évangéliser, parce qu'il veut que tout soit rempli de la bonne nouvelle de sa résurrection, qu'il n'y ait plus de mort, et que la mort n'ait plus jamais le dernier mot. Que ce qui divise l'homme en lui-même et le coupe des autres n'ait plus jamais le dernier mot, que ce qui défigure les hommes et les empêche de vivre ensemble n'ait plus jamais le dernier mot.

S'il n'y avait pas eu cette rencontre avec Jésus, ces femmes n'auraient pas annoncé la bonne nouvelle de la même manière. Elles auraient dit : "Nous sommes allées au tombeau, un ange nous a dit qu'il n'était plus ici, qu'il faut aller en Galilée." Mais là, après la rencontre de Jésus, elles crient leur joie : "Il nous a aimées, il est venu en personne nous apporter la consolation de sa résurrection, et de cela nous sommes les témoins ! Il ne veut pas que nous restions dans la tristesse, il veut que nous allions de l'avant, jusque dans nos Galilée. Il n'a pas fini d'habiter chez nous !"

A n'en pas douter, c'est l'élan de ces femmes qui a permis aux disciples hommes de devenir missionnaires à leur tour.

Mais revenons au message de la résurrection. St Paul est très ambitieux dans le texte que nous avons entendu tout à l'heure juste avant l'Evangile, lorsqu'il dit : "Lui qui est mort, c'est au péché qu'il est mort une fois pour toutes. De même, vous aussi, vous êtes morts aux péchés et vivants pour Dieu en Jésus-Christ". St Paul nous dit : c'est possible.

Si le Christ n'était pas ressuscité, ça ne serait pas possible. Les textes de l'Ancien Testament lus en cette Vigile de Pâques nous ont montré Dieu lui-même qui désespère de son peuple incapable d'observer ses lois. Et nous-mêmes, avec la meilleure bonne volonté, nous n'y arrivons pas, ou pas longtemps. Alors Dieu dit, par le prophète Ezéchiel : "J'enlèverai vos cœurs de pierre. Et je vous donnerai un cœur de chair et je mettrai en vous mon Esprit, alors vous suivrez mes lois." L'alliance est possible. Nous pouvons tourner le dos au péché. Nous pouvons vivre avec Dieu. Nous pouvons vivre pour Lui. Comment ? En revêtant le Christ ressuscité. En laissant le Christ s'emparer de chaque atome de notre anatomie, de chaque mouvement de notre psychologie, de chaque élan de notre affectivité. En laissant le Christ Ressuscité venir habiter toute notre chair.

Vivre pour Dieu c'est vivre pour aimer. C'est possible ! Soyez sans crainte nous dit Jésus. Ce soir c'est le moment de nous réjouir du Christ Ressuscité, c'est le moment de l'accueillir, de le ré-accueillir.

L'événement du Christ Ressuscité n'est pas un événement qui s'est passé seulement il y a 2000 ans. L'évènement du Christ Ressuscité, c'est ce qui se passe désormais tout le temps. Nous sommes dans la nouvelle semaine, celle qui s'est ouverte au matin de Pâques ! C'est la semaine de la gloire de Dieu ! Elle se terminera en apothéose par la manifestation pleine du Christ Ressuscité dans l'histoire des hommes et dans le monde entier. Cela s'appelle la Parousie, l'achèvement de l'histoire, la Jérusalem nouvelle. Chaque jour qui passe nous en rapproche, ne l'oublions pas.

Le Christ est ressuscité ! Il n'a plus d'autres moyens d'exister que de se manifester à l'intérieur de nos cœurs. Il n'a plus d'autres moyens de nous manifester sa tendresse que de venir épouser notre chair et nos chairs toutes ensembles, celles qui s'aiment, celles qui s'aiment moins et celles qui rechignent à s'aimer.

Croyons aujourd'hui, maintenant, tout de suite en Christ Ressuscité ! Posons l'acte de foi que ceci est réalisé, comme le répète St Paul, "une fois pour toutes", et approprions-nous dès maintenant ce grand mystère de la résurrection du Christ pour nous.

AMEN