Il vous précède en Galilée

Homélies du Père Bernard Bastian - Il vous précède en Galilée

3 avril 2010 (veillée Pascale) : Il vous précède en Galilée
Parole du jour : Mat. 28, 1-10

En Septembre 2009, le père Bernard Bastian a subi une très grave intervention cardiaque, suivie de plusieurs mois de coma, puis d'un rétablissement lent et progressif. Cette homélie est la première qu'il prononce à l'occasion de son retour à la Thumenau.


Mais enfin ! C'est l'intonation de Jean quand il dit "POURQUOI CHERCHEZ-VOUS LE VIVANT PARMI LES MORTS ?"

Il a le ton de quelqu'un qui est presque offusqué, comme si les anges étaient venus lui dire : "mais enfin ! Pourquoi cherchez-vous le vivant parmi les morts ? Il n'est pas ici, Il est ressuscité". Et nous comprenons : "Il n'est pas ici, donc Il a disparu", comme si ressusciter voulait dire disparaître. Il n'est pas ici ... mais alors où est-Il ?

Heureusement, Marc et Mathieu précisent : " Il vous précède en Galilée ". Il n'est pas ici, parce qu'Il est là-bas, en tant que Ressuscité. Il a changé de lieu parce qu'Il est ressuscité.

Comment dire autrement ? Quand on ressuscite, on déménage, on change de lieu. Quelqu'un qui n'a pas changé de lieu, c'est Pierre. Il court au tombeau, comme les femmes, mais en se penchant, il ne voit que le linceul. Lui n'a pas déménagé. Il ne voit pas le ressuscité mais le linceul. Les autres, eux voient des anges qui leurs disent : changez de lieu ! Quittez le monde connu pour un autre lieu. "Il vous précède en Galilée ... ".

La Galilée, c'est là où Jésus a passé la plupart de son existence. Là il y avait des petites et des moyennes entreprises, des PME, celle de Jacques et de Jean, les fils de Zébédée, par exemple. Et la Galilée, c'est aussi tout un ensemble de plaines cultivées, magnifiques, et quelques collines. La Galilée c'est Nazareth, c'est l'endroit des artisans. C'est l'endroit où on vit, où les gens vivent et où nous vivons. Où Jésus a-t-il déménagé ? Là où nous vivons. Il y déménage comme le Ressuscité, qui précède les apôtres pour en faire des 'détecteurs de ressuscités'. Parce qu'il y a toujours quelque chose de ressuscité dans l'homme. C'est le Christ qui nous l'assure : "Je vous précède en Galilée".

J'y suis peut-être plus sensible maintenant qu'avant. Parce que tant qu'on n'a pas fait l'expérience qu'il fallait que quelqu'un d'autre vous ressuscite, tant qu'on n'a pas fait l'expérience que c'est quelqu'un d'autre qui a roulé la pierre, qui était lourde on a du mal à réaliser que Christ a "été ressuscité" par un autre, par son Père. St Paul le dit aux Romains : "De même que le Christ, par la toute puissance du Père, est ressuscité d'entre les morts …". Jésus a participé de toute la puissance de sa divinité, mais il a été ressuscité par son Père. Le Fils a été relevé par le Père.

Je peux vous dire que je n'ai jamais autant expérimenté la Résurrection que cette fois-ci. La grande expérience que j'ai faite, c'est que la souffrance n'a pas simplement été un adversaire que j'ai combattu héroïquement, mais la souffrance m'a vaincu, jusqu'à une capitulation, que je n'aurais jamais imaginée de ma part. J'ai été vaincu, physiquement, psychiquement, moralement, au plan de mes croyances, au plan de mon éthique. J'ai été vaincu sur toute la ligne, jusqu'à démissionner. Et j'ai démissionné.

Et je ne me suis pas relevé. On m'a relevé. Je n'ai pas roulé ma pierre. On a roulé la pierre. Et j'ai été relevé comme je ne l'ai jamais été. J'ai été relevé par des ressuscités, par des hommes et des femmes qui n'ont pas forcément conscience qu'il y a de la résurrection en eux. J'ai été ressuscité par de la compétence médicale, par des mains de soignants, qui m'ont entièrement pris en charge, corporellement. J'étais dans le coma, entre les mains de quelqu'un d'autre, et toutes ces personnes ont pris soin de moi. J'ai été ressuscité par l'amitié parce que mes amis n'ont jamais abandonné leur ami. J'ai été ressuscité par le Corps du Christ, par les frères et les soeurs que vous êtes, par ceux que je connais, par ceux que je ne connais pas. Et j'étais très ému d'entendre qu'on priait pour moi en Angleterre, en Amérique, en Afrique...je n'ai pas été voir en Australie, mais ce n'est pas impossible !

C'était quelque chose de tout nouveau pour moi : je n'y étais pour rien. Je n'étais plus en mesure de pouvoir prier, demander, supplier. Et même quand ma conscience est revenue doucement, j'étais tellement perdu devant tant de souffrance que je ne savais plus prier.

Mais heureusement que vous vous saviez prier. Heureusement que dans l'Église, il y a des hommes et des femmes qui prient pour les malades tous les jours sans savoir leur nom. Heureusement qu'il y a toute cette fraternité d'amour. Et là, je vois le Christ qui nous précède en Galilée et qui a fait que j'étais constamment précédé. Mon malheur a été comme hébergé dans de la résurrection. Et il y avait un rempart de résurrection autour de moi qui faisait face aux forces de mort qui m'assaillaient.

Je voudrais alors vous inviter aujourd'hui à prendre au sérieux ce "Il est ressuscité des morts. Il vous précède en Galilée. Il n'est pas ici". Si nous avons des yeux qui voient le Ressuscité, notre vie est changée. Et nous verrons aussi combien le Christ Ressuscité est en nous et que même si nous ne sommes plus en état de " prier comme il faut ", selon une expression de St Paul, même si nous nous sentons indignes de prier, peut-être parce que nous connaissons le péché ou un grand échec, nous ne sommes pas seul. L'homme n'est pas juste un individu devant son Dieu qui doit lui rendre des comptes. L'homme est un frère qui est pris, qui est tissé dans un tissu fraternel qui le porte.

Donc tout ne repose pas sur nous. Plus nous nous laissons reposer sur le Corps du Christ qu'est l'Église, plus nous bénéficions de la foi de toute l'Église. Et c'est là qu'est la résurrection du Seigneur de façon préférentielle.

Croyons que notre vie est une vie de ressuscité et que notre vie est faite pour n'être que ça. Et ce reproche des anges, nous ferions bien de nous en souvenir. "Pourquoi chercher le vivant parmi les morts", parmi ce qui est mortel, parmi ce qui est simplement et seulement humain. Le Christ n'est pas ici, Il est ressuscité. Et dès que notre univers prend des colorations de mort, d'impasse, d'étranglement, et dès que cette pensée commence à s'insinuer en nous comme étant la vérité de notre vie, nous sommes dans l'erreur. Il est ressuscité, et Il reste ressuscité, et nous avec lui.

Alors je pense aussi à ce que nous pouvons faire comme travail de "ressuscitant". Si nous sommes témoins de la Résurrection, si nous l'avons vue de nos yeux, nous sommes aussi des proclamateurs de la Résurrection autour de nous.

Nous pourrions faire tellement de bien dans le monde en étant des témoins de résurrection plutôt que simplement des répétiteurs des choses que tout le monde dit : "la vie est dure, c'est la crise". Avec ça on a tout dit ! C'est la crise ? Mais Christ est ressuscité ! Et si nous n'avons rien de plus à dire que "c'est la crise, la vie est dure, ma brave dame...", alors nous ne témoignons pas que le Christ est ressuscité.

Si nous pouvions nous encourager, les uns les autres, à nous appuyer sur la parole de Dieu et sur le Christ ressuscité et dire "Il y a une résurrection qui t'attend et elle est déjà là. Allons ensemble à sa rencontre", nous ferions un bien fou autour de nous. Le Christ, c'est pour cela qu'il est ressuscité : pour que toute la Galilée ressuscite (c'est à dire absolument toutes les zones, tous les domaines de notre activité humaine), que ça ressuscite partout et toujours.

AMEN